Global IMC Features

Sun Feb 14, 2016 03:07 Recent stories compiled by IMC editors worldwide

offsite link LESA HUMANIDAD: LA EX DETENIDA-DESAPARECIDA ASESINADA EN 2010 Sun Feb 14, 2016 05:40 | Argentina | es

offsite link LESA HUMANIDAD: LA EX DETENIDA-DESAPARECIDA ASESINADA EN 2010 Sun Feb 14, 2016 05:40 | Argentina | es

offsite link Vigil for O'Day, Helen, Barry, and Carol-Ann Short, killed by racist terrorists ... Sun Feb 14, 2016 05:39 | LA | en

offsite link AJUSTE Y REENDEUDAMIENTO Sat Feb 13, 2016 05:41 | Argentina | es

offsite link AJUSTE Y REENDEUDAMIENTO Sat Feb 13, 2016 05:41 | Argentina | es

Global IMC Features >>

User Preferences

  • Language - en | ga
  • text size >>
  • make this your indymedia front page make this your indymedia front page
Fri Feb 12, 2016 13:32 (fr)
16h Atelier vélo en mixité choisie meufs gouines trans pluri Ramène ton vélo (et tes outils/ton matos si t'en as), on diagnostique, on répare, on s'marre ! 20h Projection de DUDEY FREE ZONE (zone sans relous) Documentaire sur l'importance des femmes et des queers au sein des ateliers vélo solidaires Organisé par le Radical Miaou Crew - agenda / luttes féministes

16h Atelier vélo en mixité choisie meufs gouines trans pluri

Ramène ton vélo (et tes outils/ton matos si t'en as), on diagnostique, on répare, on s'marre !

20h Projection de DUDEY FREE ZONE (zone sans relous)
Documentaire sur l'importance des femmes et des queers au sein des ateliers vélo solidaires

Organisé par le Radical Miaou Crew

Fri Feb 12, 2016 11:02 (fr)
A la suite de la journée de réflexions et de débats du 6 février 2016, le collectif contre la guerre et l'état d'urgence vous invite à une Assemblée générale pour discuter des perspectives de mobilisation. Ça se fera à La Ferblanterie, au 16 rue Abélard jeudi 18 février à 18h. Venez nombreux ! - agenda / antimilitarisme, lois sécuritaires, contre les guerres

A la suite de la journée de réflexions et de débats du 6 février 2016, le collectif contre la guerre et l'état d'urgence vous invite à une Assemblée générale pour discuter des perspectives de mobilisation.

Ça se fera à La Ferblanterie, au 16 rue Abélard jeudi 18 février à 18h.

Venez nombreux !

Fri Feb 12, 2016 09:16 (fr)
Point de vue image de classe (13) Les bonnes affaires des Pinçon-Charlot Cela fait quelques années que je ne regarde plus la télé, j'ai déjà le cerveau en purée en arrivant le soir? j'évite donc de me coucher sans pour ne pas l'avoir en bouillie le matin, mais je me souviens très bien de ces émissions où un type avec un euros six centimes monte une boite avec un peu, beaucoup de ?volonté? (qu'il nous manque à nous cons de prolos) et d'huile de coude pour devenir, par un obscur financement ou levée de fonds (...) - analyses / alternatives, critique économique, Critique de la consommation, contrôle social

Point de vue image de classe (13)

Les bonnes affaires des Pinçon-Charlot

Cela fait quelques années que je ne regarde plus la télé, j'ai déjà le cerveau en purée en arrivant le soir? j'évite donc de me coucher sans pour ne pas l'avoir en bouillie le matin, mais je me souviens très bien de ces émissions où un type avec un euros six centimes monte une boite avec un peu, beaucoup de ?volonté? (qu'il nous manque à nous cons de prolos) et d'huile de coude pour devenir, par un obscur financement ou levée de fonds (de papa), un entrepreneur tendance à l'idée super originale et donc sans intérêt.

Je ne sais pas si ce genre propagande continue à être diffusée. En revanche j'ai eu quelques échos sur des émissions où l'on nous dresse à être de bons consommateurs, avertis de toutes les ?arnaques? plus particulièrement celle du mauvais luxe, ou le snobisme de la ?bonne affaire? concurrence la pathétique idéologie du consom'acteur comme gag politique quand ce n'est pas simplement son antinomie dé-croissantiste.

Jouant à font sur le fantasme de puissance et sur la frustration des "désirs" (ou des manques) , on ne compte plus non plus les longues émissions sur le luxe, les riches et les puissants, leurs affres et leurs caprices dont l'arrogance et l'esprit carnassier sont travesties en exigences et perfectionnisme, voire même en une forme d'hédonisme à faire pâlir les ?jouisseurs? soixante-huitards sans le sous.

Rien de vraiment novateur au niveau du type de levier propagandiste de l'idéologie marchande ou alors peut-être sur l'ampleur du déversement et la taille du tombereau. Le contrôle de l'espace et du temps s'invitent dans la démonstration de maîtrise, grâce à la technique du montage sur quelque fond sonore apaisé, lounge ou cadencé speed?

Les ?riches? existent?.et cette façon d'en parler porte en elle toute les ambiguïtés liées principalement à l'effet de saturation. On n'en peut plus? Mais la police veille sur nos petites économies (aussi bien que sur celles des ?riches?) et on nous le fait bien savoir en boucle.

Le riches c'est ?éc?urant?. Ils le sont trop, riches. A ce petit jeu de la dénonciation des riches Monique Pinçon-Charlot (Chevalier de la Légion d'honneur) et Michel Pinçon en ont fait une vraie spécialité. Au delà du sujet sociologique pour bureau triste de trouveurs du CNRS, il s'agit là d'une véritable ?affaire? et d'une bonne (1) ! On ne compte plus les titres qui s'enchaînent sous couvert de sociologie dénonciatrice et de nous dépeindre le Gotha, La violence des riches (non sans déconner ?), Les Rothschild, on nous invite même à faire un Voyage en grande bourgeoisie.

Si le poujadisme invitait les petits commerçants à se ?révolter? contre l'Etat qui ?taxe trop?, le pinçon-charlotisme enfourche sa caricature quasi en négatif. Celle-ci semble fasciner le front-de-gauchiste moyen jusqu'au prof anarchiste pédagogue et lecteur du diplo, dont les classes sans moyens, ?pourraient quand même mieux s'équiper? grâce à ce putain d'argent des ?riches? qui se barre à "l'étranger? en Suisse ou ailleurs.

La dénonciation de l'évasion fiscale des ?riches? et ces peintures sociologiques sans fin de la bourgeoisie deviennent le summum de la critique du capitalisme? jamais assez bien taxés par de ?justes? lois ?nationales?, ceci toujours au détriment d'une analyse solide de ce que sont des rapports de production.

Oui les ?riches? s'organisent ! Se concentrent et développent un entre soi?. la sociologie, c'est à dire la science des truismes, se transforme ici en une bonne affaire pour flatter l'idéologie du ressentiment, à une époque qui n'avait pas besoin.

S'il ne s'agit pas de nier le rôle des groupes et des individus peut-être faut-il essayer de comprendre ce que sous-tend cette proposition de focalisation sur ce terrain d'analyse, mais surtout à quels types de combats elle nous invite à participer.

Cette forme de populisme a pour conséquence d'évacuer toute utopie sociale, toute philosophie politique concrète, toute praxis de rupture, au profit d'une perspective gestionnaire et re-distributive de cloché et comptable des miettes sociales issus du travail exploité. On nous parlera alors ?d'homogénéisation fiscale européenne?. Comment les ?critiques? des ?riches? peuvent-il ignorer que le capital soit transnational ? Que dans la course à la plus-value et à sa circulation il est toujours question de déshabiller Pierre pour habiller Jacques?quitte à liquider Paul.

Mais finalement quid du travail aliéné et inutile, de l'exploitation, et surtout du communisme ? Qui n'est pas la critique des riches mais l'abolition des classes. C'est bien l'idéologie du ressentiment qu'il nous faut évacuer en critiquant les Pinçon-Charlot celle qui a toujours été manipulée par la gauche du capital comme ersatz de critique du capitalisme, et comme défense du capitalisme national.

Elle évacue bien sûr et comme à chaque fois la nécessité pour ceux ?d'en bas? de s'organiser d'une manière féroce contre le monde de la marchandise. Pour laisser la totalité des initiatives aux ?gestionnaires? et aux ?gens responsables?.

Pas de complot de ?sociologues? ou de ?riches? pour laisser aux prolétaires l'os pourri, rongé et suintant l'envie ou pour les faire s'affronter les uns contre les autres. La ?base matérielle? (infrastructure) s'articule toujours avec les intérêts dominants pour produire les idées les plus mortifères d'une société qui lui permette de tourner vaille que vaille. Rien de fatal, d'écrit à l'avance puisque les hommes font l'histoire. Et si les ?riches? la font, nous le pouvons aussi sur d'autres bases.

C'est pourquoi comme être historique (conscient) il est toujours nécessaire de dénoncer l'imposture et l'idéologie dominante et ceux qui se proposent d'écrire l'avenir avec des paradigmes intrinsèquement défaitistes et orientés ; ceux qui nous séparent, nous divisent et cassent notre capacité à nous auto-organiser et à comprendre que le communisme n'est pas le nivellement, qu'il est non pas la défense des prolétaires mais l'abolition de la condition prolétarienne. Il ne porte pas les ouvriers au pouvoir et ne nivelle pas l'ensemble de la population au même revenu. Il en finit avec l'esclavage salarié, le productivisme, l'opposition travail/loisirs. Il permet la réunification de l'activité humaine sur la base de tous les acquis techniques et humains. L'ouvrier n'est plus enchainé à l'usine, le cadre n'est plus rivé à son attaché-case. Le besoin d'agir n'est plus soumis au besoin d'argent.

On ne taxera jamais assez "l'argent" des "riches" pour en finir définitivement avec le capitalisme. Voila peut-être pourquoi s'agit au plus vite de redéfinir ce que n'est pas le communisme?

(1) Il faudra questionner comment et par quel moyen "scientifique" le couple s'autorise ou s'invite ou est invité si régulièrement chez "les riches" ?et même une certaine forme de fascination pour son objet.

SOURCE
http://vosstanie.blogspot.com/2016/?

Thu Feb 11, 2016 14:57 (fr)
Le bulletin no 149, février 2016 du petit journal mobile recto-verso A4 du réseau Résistons ensemble contre les violences policières et sécuritaires est sorti. Pour lire l'intégralité et télécharger ce bulletin mis en page au format pdf : http://resistons.lautre.net/spip.ph? ENSEMBLE / bulletin numéro 149 / février 2016 Le procès qui contient tout « N'oubliez pas que l'accusé n'est pas Amine Bentounsi, lui, c'est la victime, l'accusé est le policier qui l'a tué en lui tirant une balle dans le dos. Si vous (...) - analyses / lois sécuritaires, manifestations & occupations, violence policière, contrôle social

Le bulletin no 149, février 2016 du petit journal mobile recto-verso A4 du réseau Résistons ensemble contre les violences policières et sécuritaires est sorti. Pour lire l'intégralité et télécharger ce bulletin mis en page au format pdf : http://resistons.lautre.net/spip.ph? ENSEMBLE / bulletin numéro 149 / février 2016

Le procès qui contient tout

« N'oubliez pas que l'accusé n'est pas Amine Bentounsi, lui, c'est la victime, l'accusé est le policier qui l'a tué en lui tirant une balle dans le dos. Si vous l'acquittez, vous donnez un permis de tuer à la police? » Ces fortes et justes paroles n'ont pas été prononcées par l'avocat d'Amine? mais par l'avocat général, le procureur de l'État à la Cour d'assises de Bobigny. On se frottait les yeux. Il y aurait donc une justice dans ce pays ? Le représentant de l'État serait-il en train d'appeler le jury populaire à faire un exemple, face aux assassinats policiers, meurtres par balles, par étranglement, aux 15 morts par an ?

Mais, la Cour d'assise de Bobigny n'a pas déraillé. Avec ses 5 jours de débats, ses experts, médecins, ses 5 témoins directs qui ont assisté à la scène et vu que le policier n'était pas en état de légitime défense, avec son « témoin » policier qui admet piteusement avoir menti pour dédouaner son collègue, ses écoutes téléphoniques de conversations entre flics qui puent le racisme et où l'on apprend que, pour le flic accusé, le racisme anti-arabe n'est qu'une « opinion » (!)? Ce sont 5 jours d'enfumage qui laissaient croire que finalement l'évidente vérité pourrait, pour une fois, triompher. Puis ça a été le réveil : le jury « populaire » (3 magistrats et 6 personnes du 93 tirés au sort) se range derrière le flic tueur, et, à l'image de la fascisation des esprits, prononce l'acquittement du flic. Des cris de colère, de douleur des familles des victimes. L'ordre « naturel » est rétabli.

Durant ce procès, on a senti cette société qui chavire. Quelques jours après, Taubira démissionne, mais avant de partir, le Parquet, sous son autorité, fait appel contre l'acquittement du flic tueur. Cela montre les tensions au sein de l'institution à un moment où des changements profonds s'opèrent. État d'urgence, nouvelles lois en préparation? L'appareil policier gagne en pouvoir au détriment de la magistrature. A la télé, un des chefs du syndicat SGP/ FO, témoin de moralité pour le tueur, (« il était un bon délégué syndical, un boute-en-train »?) se félicite de cette démission et réagit à cet appel en accusant l'ex ministre d'être contre la police. Quant à l'avocat des flics, il accuse des « groupuscules » de manipuler la justice. Conséquence de la politique sécuritaire de la gôche : on apprend que l'intention de vote FN chez les flics passe de 30 à 50%.

Jusqu'ici, les perquisitions aux portes cassées, les violences policières, les morts dans les commissariats, dans les fourgons, dans la rue, les violences de la justice? étaient ultra majoritairement « réservés » à ceux qui sont désignés comme arabes, noirs, musulmans et/ou pauvres des quartiers populaires. Avec l'état d'urgence permanent et les mesures liberticides qui en découlent, on aura tous droit au même traitement.

Quelques jours après la fin du procès, ont eu lieu les premières manifestations importantes à travers le pays contre le projet raciste de déchéance de la nationalité et contre l'état d'urgence. Mais la lutte contre les violences policières, en étaient quasiment absentes. Comme les violences policières l'étaient de la manif pour les Goodyear. C'est clair, dans l'esprit des manifestants ce sont des affaires différentes, séparées, de même, vu des quartiers, ce genre de manifestations paraissent lointaines, « pas pour nous ».

Pourtant, face à l'enfumage et les matraques du pouvoir et de ses larbins, cas unique en Europe, si l'on reste isolés, c'est foutu, ils nous auront, on va être tous être emportés par le vomi « sécuritaire ».









> [ C H R O N I Q U E D E L ? A R B I T R A I R E ]



Toute la vérité sur la mort de Tarek Belgacem

c'est ce que réclament les parents de ce jeune homme de 25 ans qui a été abattu par des policiers devant le commissariat de la Goutte d'Or, Paris 18, le 7 janvier dernier. Les policiers l'accusent d'avoir voulu entrer dans le commissariat après avoir crié « Allahou Akbar », il aurait été armé d'un hachoir et d'une ceinture d'explosifs. Les policiers disent ensuite que cette ceinture était fausse et que l'homme aurait eu sur lui un mot revendiquant son acte au nom de Daech. Mais, pour le père de Tarek son fils se serait rendu au comico en vue de régulariser sa situation. Les flics finissent par admettre que la ceinture d'explosifs n'existe pas, des témoins disent ne pas avoir entendu l'homme crier quoi que ce soit? mais aucune enquête approfondie n'est en cours. La famille a porté plainte.



Etat des lieux du traitement de la mort de Wissam El Yamni

Le jour de l'an 2012, Wissam retrouve des amis sur le parking de son quartier d'enfance. Son chemin croise celui de la police. Il ne s'en relèvera pas, et décède après 9 jours de coma. De nombreux témoins sur les lieux de son interpellation pour avoir jeté une pierre sur une voiture de police, attestent d'un passage à tabac. La famille, les amis, les soutiens constitués en collectif, se battent depuis pour obtenir vérité est justice. Le combat difficile a permis de mieux connaître le déroulement des faits, et révèle un deuxième passage à tabac des policiers dans le couloir du commissariat entraînant le coma. Des photos disparues, d'autres antidatées, des autopsies basées sur des rapports tronqués, des conclusions hâtives, abusives, voire mensongères? la recherche de la vérité est semée d'embûches pour le collectif. Un état des lieux revient sur quatre années de combat : http://resistons.lautre.net/spip.ph?



Vive la contagion des luttes

M.Gao Peng père d'une fillette de 5 ans scolarisée à l'école Pajol, Paris 18ème, a été enfermé au CRA de Vincennes le 23 décembre. Le 20 janvier, les parents d'élèves décident d'occuper l'école nuit et jour « sans limite de durée » et de manifester dans les rues « sans demander d'autorisation ni de permission à quiconque ». Leur lutte aura duré 5 jours, Gao Peng est libéré le 20 janvier. Pour les parents de l'école Orsel du même arrondissement, la victoire a été encore plus rapide : M.Mérabi Duglaze père d'un garçon de 5 ans, arrêté dimanche 31 janvier et jugé expulsable, a été libéré le vendredi 5 février après que les parents ont lancé une pétition, organisé un rassemblement et menacé d'occuper l'école.



Déchéance, lois, état d'urgence? le tournant dictatorial est engagé

Au moment de la parution de ce numéro on ne sait pas sous quelles forme la déchéance, l'état d'urgence, les lois sécuritaires, etc. vont être adoptés. Amnesty, la LDH? des démocrates authentiques protestent. En tous cas le tournant est désormais engagé : l'état d'urgence va être permanent, les lois vont être racistes et liberticides. Déchéance ou pas, la notion de « binational » qu'il y a quelques mois pratiquement personne ne connaissait, est désormais collée sur le front de millions de français comme une étiquette infamante : vous êtes des citoyens de seconde zone, de « papier ».

Regardez, par exemple dans le projet en discussion, la loi sur la « Déontologie, droits et obligations des fonctionnaires ». Tenez-vous bien car elle entend installer dans les écoles, hôpitaux, RATP? des « déontologues », dont la tâche sera de déceler les mauvais comportements. Cette loi prétend viser les signes de « radicalisation islamique » mais c'est une police de la pensée digne de 1984 d'Orwell qui s'installe. La loi n'est pas encore votée, mais le racisme et l'islamophobie institutionnelle sévissent déjà. Exemple ? Amar, un des 3210 victimes de perquisition administrative (?), cité par Libération, résume en deux phrases le piège dans lequel il se trouve : « Il me semble que si vous affichez votre religion [?], vous pouvez être considérés comme ?radical? et donc pris pour cible. Si l'on s'efforce de ne pas trop afficher sa religion, ils pensent que l'on a quelque chose à cacher? »



Réparation pour les « victimes collatérales » de l'assaut de Saint Denis

C'est le minimum pour ces 39 familles dont 20 enfants dont le logement a été rendu inhabitable suite à l'assaut du 18 novembre contre les assassins du Bataclan. 3 habitants délogés ont été gravement blessés et l'un d'entre eux est encore hospitalisé. Constitués en association ils réclament tous un relogement en logement social à Saint Denis et la régularisation de ceux qui parmi eux n'ont pas de papiers.



À Calais, le pire est à craindre

Dans la nuit du 6 au 7 janvier, des no border ont filmé une vidéo qui prouve sans conteste la violence des membres du collectif « Calaisiens en colère ». Dans cette vidéo postée sur le site de Calais migrants solidarity, on reconnaît ces gens, armés de bâtons, jetant des pierres sur les migrants qui tentent une sortie hors de la jungle, sur la route de Gravelines ; plus grave encore, ces miliciens agissent de nuit alors que des CRS sont présents et ne font rien pour les arrêter. Par contre, un migrant afghan qui a riposté en jetant une pierre a été interpellé et condamné à 6 mois de prison ferme. Le samedi 23 janvier une manif rassemblant des migrants « politiques et économiques » et des militants venus de toute la France a eu lieu à Calais. Le lendemain, une action a été organisée pour envahir le port et a permis l'embarquement de 26 personnes à bord d'un ferry : 8 militants et 6 migrants ont été interpellés, le procès a été reporté au 22 février mais alors que les militants ont pu rentrer chez eux sous contrôle judiciaire et avec interdiction de pénétrer dans la région, les migrants, eux, ont été emprisonnés à cause de leur « farouche envie de passer en GB ». Leurs avocats ont relevé le caractère injuste de ce distinguo entre militants et migrants, de même que l'incohérence de la décision de poursuivre seulement 8 militants sur les 26 personnes interpellées. Début janvier, 3 véhicules blindés de la gendarmerie (VRBG) ont été livrés aux flics en poste à Calais : un signe que la volonté des politiques locaux de faire évacuer brutalement la « jungle » a été entendue par l'État socialiste ? Samedi 6 février, une manif à l'appel du mouvement allemand d'extrême droite Pegida qui entend « lutter contre l'islamisation de l'Occident » (avec notamment pour slogan « RAPEfugees not welcome ») a été interdite par la préfecture mais certains, se sentant bien chez eux, comptaient braver cette interdiction?









> [ A G I R ]





#NonAuPermisDeTuer

Un projet de loi prévoit de réformer la présomption de légitime défense pour les policiers. Infos et pétition : https://www.change.org/p/une-urgenc?



19 escargots en GAV

Une opération Escargot a eu lieu à Nantes le 12 janvier : bloquer le périph' avec sa voiture, la lenteur contre l'aéroport et son monde. Au final, 19 personnes en GAV pendant 11h, relâchées en attente de leur procès le 24 février. À la répression, le mouvement répond : mobilisation ! Ayons tous les yeux (et le corps) tournés vers Nantes, le samedi 27 février, date d'une journée de mobilisation massive avec pour mot d'ordre l'arrêt des menaces d'expulsion sur les paysan-ne-s et habitant-e-s de la ZAD, ainsi que l'abandon définitif du projet d'aéroport. Toutes les initiatives d'ici là sont les bienvenues. « Ni travaux, ni expulsions ! »



Nantes, deuxième semaine de résistances !

À partir du lundi 15 février, chaque soir, dans des lieux différents, débats, atelier théâtre, projections? On parlera des Zad, des Kurdes, du Mexique, de l'état d'urgence? Et le week-end sera actif et festif. Infos à venir : http://www.semainederesistances.com/



Toulouse, appel à 10 jours d'autodéfense populaire

Du vendredi 15 au dimanche 24 avril 2016 au Centre Social Autogéré. Infos à venir : https://creatoulouse.squat.net/



Guide juridique spécial « état d'urgence »

Voici un précis juridique qui peut être utile à tous en ces temps d'état d'urgence pour ne pas être démuni face à la police et la justice, à lire sur http://brest.mediaslibres.org/spip?.



La voix des sans-papiers n° 14 est parue !

Bulletin du mouvement et des collectifs de lutte autonome, à lire sur : http://www.lavoixdessspap.domainepu?



L'appel des Goodyear

« Pour la première fois depuis un demi-siècle un gouvernement a demandé que soit requises des peines de prison ferme contre des syndicalistes pour avoir participé avec les salariés à des actions en vue d'empêcher la fermeture de leur usine. » ainsi débute cet appel. Le 12 janvier, le tribunal correctionnel condamnait à 2 ans de prison, dont 9 mois ferme, huit anciens salariés Goodyear Amiens-Nord qui avaient retenu durant 30 heures 2 cadres de leur entreprise menacée de fermeture. En plus de la pétition sur https://www.change.org/p/fran%C3%A7? et après les rassemblements du jeudi 4 février, des comités locaux se mettent en place dans plusieurs villes . 1eres réunions le 16 février à 18h30 à Paris : Bourse du Travail - 3, rue du Château d'Eau 75010 Paris - le 18 février à 18h à Marseille : salle du Sporting Club du GPMM - Porte 4 Port de Marseille - le 19 février à 16h à Lyon : Bourse du Travail - 205 place Guichard 69003 Lyon ? le 25 février à 18h à Lille : Espace Marx - 6bis rue Roger Salengro 59500 Lille?



Un site si instructif que les patrons aimeraient bien le voir disparaître?

62 personnes possèdent autant que la moitié de l'humanité, a-t-on appris ce mois-ci. Édifiant ou ? gerbant. À l'heure où les inégalités se creusent, un site internet qui recense les entreprises condamnées pour des fautes envers leurs salariés est poursuivi en justice. En avril 2015, le webmaster reçoit un jugement : 6 mois avec sursis, 3000 euros d'amende, 5000 euros de dommages & intérêts, sans avoir été convoqué à l'audience. Pétition pour l'arrêt des poursuites contre le site patrons-voyous.fr sur https://www.change.org/p/monsieur-l?


Tue Feb 09, 2016 21:42 (fr)
Guillaume Davranche vient présenter son livre Trop jeunes pour mourir ? Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909 ? 1914). Pouvaient-ils empêcher la guerre de 1914-1918 ? En juillet 1914, tous les Français ont-ils marché comme un seul homme pour défendre « la patrie en danger » ? Pas du tout ! Bien trop nombreux étaient les gens vaccinés contre le mirage patriotique, et qui savaient qu'on allait les faire tuer pour des intérêts capitalistes et coloniaux. Dans les années précédant le conflit, (...) - agenda / luttes sociales

Guillaume Davranche vient présenter son livre Trop jeunes pour mourir ? Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909 ? 1914).

Pouvaient-ils empêcher la guerre de 1914-1918 ?

En juillet 1914, tous les Français ont-ils marché comme un seul homme pour défendre « la patrie en danger » ? Pas du tout !

Bien trop nombreux étaient les gens vaccinés contre le mirage patriotique, et qui savaient qu'on allait les faire tuer pour des intérêts capitalistes et coloniaux.

Dans les années précédant le conflit, tout le mouvement ouvrier (socialistes, syndicalistes, anarchistes) s'était battu sans relâche contre la montée des tensions belliqueuses, contre le « brigandage colonial », contre la course aux armements, contre la prolongation du service militaire, contre la propagande patriotique et militariste d'un gouvernement qui voulait préparer idéologiquement « la nation » à la grande boucherie.

Jusqu'en 1914, malgré la prison, les coups de matraque, la menace du bagne et du peloton d'exécution, la lutte ne cessa jamais.

C'est cette histoire haute en couleurs que nous vous invitons à découvrir.

Présentation-débat du livre Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914) en présence de l'auteur, Guillaume Davranche

Pour préparer la soirée, n'hésitez pas à parcourir le site consacré au livre

À lire également : la présentation des éditions Libertalia.

PNG - 437.5 ko
Tue Feb 09, 2016 19:35 (fr)
Atélili propose un atelier dont la thématique est « Chiffrer ses emails et survol de Linux Tails ». Cette fois-ci il se déroulera à l'insoumise. On abordera le chiffrement d'emails avec GPG/enigmail. Pour rappel, le chiffrement est le procédé informatique par lequel nous pouvons empêcher la lecture de nos données par un tiers. L'objectif en lui-même de chiffrer ses emails est relativement simple, mais la sécurité s'envisage toujours dans son ensemble, ce qui appellera donc certainement d'autres (...) - agenda / Informatique

Atélili propose un atelier dont la thématique est « Chiffrer ses emails et survol de Linux Tails ». Cette fois-ci il se déroulera à l'insoumise.

On abordera le chiffrement d'emails avec GPG/enigmail. Pour rappel, le chiffrement est le procédé informatique par lequel nous pouvons empêcher la lecture de nos données par un tiers.

L'objectif en lui-même de chiffrer ses emails est relativement simple, mais la sécurité s'envisage toujours dans son ensemble, ce qui appellera donc certainement d'autres questionnements.

Ramenez votre ordi portable si vous en avez un, vous pouvez aussi gagner un peu de temps en installant au préalable Thunderbird/Icedove et en configurant votre boite email au sein du logiciel. On aura certainement recours à Linux Tails en parallèle.

Tue Feb 09, 2016 19:04 (fr)
Organisation du déplacement de Lille et Arras vers Notre Dame des Landes 27 février 2016 pour la manifestation sur le site contre le projet d'aéroport et l'arrêt des expulsions des habitants et occupants de la ZAD. Nous partirons en autocar de Lille (avec arrêt à Arras) le vendredi 26 février vers minuit RV devant la Gare Lille Europe, au début du boulevard de Leeds (parking des autocars) Arrivée et rassemblement à Notre Dame des Landes le samedi 27 février vers 11h, précisément là où les travaux (...) - locales / agriculture, alternatives

Organisation du déplacement de Lille et Arras vers Notre Dame des Landes 27 février 2016
pour la manifestation sur le site contre le projet d'aéroport
et l'arrêt des expulsions des habitants et occupants de la ZAD.

Nous partirons en autocar de Lille (avec arrêt à Arras) le vendredi 26 février vers minuit
RV devant la Gare Lille Europe, au début du boulevard de Leeds (parking des autocars)
Arrivée et rassemblement à Notre Dame des Landes le samedi 27 février vers 11h,
précisément là où les travaux sont censés commencer,
pour y faire la démonstration concrète de notre capacité à les bloquer.
Nous convergerons ensuite vers une grande fête pour l'avenir de la ZAD.
Départ en soirée de NDDL et arrivée le dimanche matin 28 février à Arras puis Lille

Pour réserver les autocars ou covoiturages depuis Lille et Arras,
et connaître le nombre de personnes souhaitant participer à cette mobilisation,
le comité zad lille avec la confédération paysanne a mis en place une pré-inscription :
cliquez sur ce lien pour vous inscrire (avant le 11 février minuit)
http://goo.gl/forms/zrFBBYVRuI

Important : pensez à sauvegarder le lien URL fourni à la fin de l'inscription
si vous souhaitez la modifier plus tard

Le coût du voyage sera calculé en fonction du nombre d'inscrits.
Nous essayons de trouver des aides financières.

Pour rester informer sur les activités du Comité zad Lille,
consultez la page web du comité :
https://www.facebook.com/comitezadlille/
(page publique ne nécessite pas de compte FB)

Sun Feb 07, 2016 22:12 (fr)
Courant Alternatif n° 257, de février 2016, est sorti SOMMAIRE ÉDITO - PAGE 3 DES TAS D'URGENCES PAGE 4 L'exceptionnel risque de devenir la règle ON VOUS EN CAUSE PAGE 7 Notre-dame-des-landes, le dernier combat N° 35 de la revue Réfraction sur l'Ecole Le Chiendent, une nouvelle revue syndicale SANS FRONTIÈRE PAGE 8 Soutenir et aider les roms migrants devient un délit PAGE 12 Une histoire sans frontière (collectif « soutien migrants 13 ») PAGE 13 Appel transnational pour un 1er mars contre les (...) - non locales / médias libres

Courant Alternatif n° 257, de février 2016, est sorti

SOMMAIRE

ÉDITO - PAGE 3

DES TAS D'URGENCES

PAGE 4 L'exceptionnel risque de devenir la règle

ON VOUS EN CAUSE

PAGE 7 Notre-dame-des-landes, le dernier combat N° 35 de la revue Réfraction sur l'Ecole Le Chiendent, une nouvelle revue syndicale

SANS FRONTIÈRE

PAGE 8 Soutenir et aider les roms migrants devient un délit

PAGE 12 Une histoire sans frontière (collectif « soutien migrants 13 »)

PAGE 13 Appel transnational pour un 1er mars contre les frontières

L'ÉCONOMIE EN BRÈVES -PAGE 15

SOCIAL

PAGE 16 Remise en cause du droit du travail

SOLIDARITÉS

PAGE 19 Clap de fin pour l'affaire de Labège Entartreur contre TGV - Euskadi sud? Clap de fin ?

BIG BROTHER- PAGE 21

VERTEMENT ÉCOLO- PAGE 22

ENVIRONNEMENT

PAGE 23 La COP c'est le climat mais le COP c'est la forêt

ENFER TECHNOLOGIQUE

PAGE 24 Google au secours du terrorisme salafiste

RÉPRESSION

PAGE 26 A ceux qui se croient libres : une vie de taulard, une vie de lutte

LE COLLECTIF CONTRE CULTURE

UN PROJET AUTOGÉRÉ ET VOLONTAIRE- PAGE 28

LUTTES DE LIBÉRATION NATIONALE

PAGE 30 Corse, bilan du mouvement nationaliste

INTERNATIONAL

PAGE 33 Libye, la descente aux enfers

ÉDITO

Après les attentats de Paris, F. Hollande : en chef de la nation, décrète que la France est en guerre contre le terrorisme. L'état d'urgence est aussitôt décrété. Certes, il n'a pas l'accent « Pagnolesque » de Pasqua ancien ministre de l'intérieur, qui en 1986 prévoyait déjà de « terroriser les terroristes », ni la hargne de Poutine parlant des tchétchènes en 1999 : « Nous poursuivrons les terroristes partout [?] Si on les prend dans les toilettes, eh bien, excusez-moi, on les butera dans les chiottes ». Aussi, le Président flanqué de son martial et viril premier ministre et autres acolytes, s'en vont guerroyer depuis l'Élisée. Après l'Afghanistan et l'Irak, ils bombardent en Libye, au Mali, en Syrie et prochainement de nouveau en Libye contre Daesh. Ici, ils protègent la France et sécurisent les français disentils. Malgré les protestations de La Ligue des droits de l'homme qui déplore : « une grave atteinte aux libertés fondamentales », malgré JJ. Urvoas député PS, qui constate : « l'essoufflement et l'extinction progressive de l'intérêt des mesures », F. Hollande a confirmé qu'il prolongeait l'état d'urgence pour trois nouveaux mois, au prétexte que la menace terroriste n'a pas diminué. L'angoisse protectrice est telle, qu'un projet de loi du gouvernement prévoit même « d'accroître considérablement les pouvoirs de la police ». Des mesures qui n'empêcheront pas un terroriste décidé, d'agir, mais ouvrent la porte à tous les abus et à toutes les dérives. Il en va de même pour la déchéance de la nationalité pour les binationaux ! Malgré les soubresauts provoqués dans la majorité et même jusqu'au sein du gouvernement, Hollande, Valls et les politiciens les plus réacs de droite comme de gauche, admettent que la mesure sera peu efficace et uniquement symbolique. En 2010 répondant à Sarkozy après son discours de Grenoble, Hollande déclarait : « attentatoire à ce qu'est finalement la tradition républicaine et en aucune façon protecteur pour les citoyens ». Impressionner et rassurer l'électeur, est ce qu'ils recherchent. L'état d'urgence comme la déchéance de la nationalité ou d'autres mesures à venir ne sont que des outils prêtes à l'emploi dans la constitution. La crise que traverse l'économie conduit la bourgeoisie à en faire usage pour défendre ses intérêts de classe comme elle accroît ses forces de répressions et militarise la société.

L'état d'urgence cache des tas d'urgences, lit-on ici ou là ! Et, en effet, les pouvoirs répressifs dont l'État se dote, servent les petites urgences du patronat. Si « quelqu'un a un comportement radicaliste, le devoir du chef d'entreprise, comme tout citoyen, c'est de signaler à la police ce comportement? Nous avons recommandé à nos adhérents d'être vigilants sur des dérives radicalistes dans les entreprises » a déclaré le vice président du MEDEF. En effet, quoi de plus naturel, qu'une collaboration étroite entre chefs d'entreprise et services de renseignements, que la délation contre tout salarié dont les idées ou le comportement seraient « suspects ». L'État policier permettra? sans rapport avec l'islam ? s'il existe des raisons sérieuses de penser qu'un comportement constitue un danger pour la sécurité et l'ordre public, aux forces policières dotées de pouvoirs énormes de neutraliser et réprimer toute volonté potentielle de contester l'ordre social, dans et hors de l'entreprise. C'est donc bien l'ensemble de la classe ouvrière qui est menacée par l'état d'urgence constitutionalisé et permanent que le gouvernement socialiste impose.

Autre urgence patronale où le président et son gouvernement savent se montrer fermes et prendre les mesures adaptées : la guerre que conduit le patronat contre les travailleurs. Hollande, toujours secondé de son fidèle M. Valls : « qui aime les patrons et l'entreprise », flanqué d' E. Macron qui déclare au forum économique de Davos : « « La vie d'un entrepreneur, elle, est bien souvent plus dure que celle d'un salarié. Il ne faut jamais l'oublier », partent en guerre contre? le chômage. Or depuis que Hollande est élu, Pôle emploi enregistre 670.000 chômeurs de plus en catégorie A (sans aucun travail) et 1,12 million de plus si on inclut ceux qui ont eu une activité réduite. Cela fait plus de trois ans que les gouvernements socialistes traquent le chômage, et pendant que les patrons engrangent des milliards et licencient, ce sont surtout les chômeurs qui sont traqués et rayés des listes de pôle emploi. Rappelons que F. Hollande a conditionné sa candidature de 2017 à une inversion de la courbe du chômage.

« Face à une conjoncture économique incertaine il faut proclamer un état d'urgence économique et social » proclame le président, lors de ses voeux 2016. Dans son plan présenté le 18 janvier, aux milliards déjà distribués au MEDEF, il ajoute une nouvelle prime de 1 000 à 2 000 euros pour chaque embauche dans les très petites entreprises. Dans la foulée, il annonce le dégagement d'un milliard d'euros pour financer 500.000 formations supplémentaires pour les demandeurs d'emploi, « afin de mobiliser tous les acteurs ! » A 16 mois de son échéance électorale, le Président a dû préciser que « ce dispositif n'était pas un artifice statistique », visant à faire baisser le taux de demandeurs d'emploi. C'est lui qui le dit ! Et puis, il y aura la loi de la ministre du Travail, El Khomri, qui poursuit le détricotage du Code du travail entamé voici peu par E. Macron pour faciliter la tâche des patrons : CDI, 35 heures, indemnités prud'homales, exonérations de cotisations sociales etc. Autant d'urgences patronales à satisfaire contre les salariés. Des naïfs espéraient encore qu' un gouvernement dit de « Gauche » arrêterait l'hémorragie des licenciements : EDF 4000, SNCF 1400? Qu'il augmenterait les bas salaires, les petites retraites, le SMIC? Bref qu'il viendrait en aide aux plus démunis, à ceux qui peinent à vivre décemment, pire, sont dans l'urgence de survivre : 8 millions de pauvres ! Mais Hollande n'a rien à faire de cette urgence-là. Représentant des intérêts de la bourgeoisie, il a pour rôle de répondre au besoin du capital Français et aux exigences du patronat, pour faciliter leurs affaires et les profits des actionnaires. L'état d'urgence et le renforcement policier permettra à la bourgeoisie, au patronat et au gouvernement de neutraliser et réprimer toute opposition à leur politique, de stigmatiser les étrangers et faire accepter les mesures antisociales, en entretenant un climat de peur, de chantage du chômage et par la suspicion du terroriste.

L'urgence n'est pas tant de lutter contre l'état d'urgence en lui même, mais de lutter contre les guerres impérialistes que mène la France et qui massacrent des peuples. De lutter contre les mesures que nous imposent le patronat, avec l'aval du gouvernement et avec l'acquiescement des confédérations syndicales qui redoutent tout autant les débordements et les prochaines révoltes sociales, qui ne manqueront pas de se produire. De lutter pour défendre et reconquérir des acquis sociaux. Bref ! l'urgence pour la classe ouvrière et les prolétaires c'est de virer les capitalistes. Il n'y a pas d'autre alternative.

OCL Caen le 29 01 2016

Sun Feb 07, 2016 22:08 (fr)
Du 7 au 12 février prochain, 28 chefs et maîtres-artisans français réputés participeront à l'événement So French So Food, la 4e semaine de la Gastronomie Française en Israël dans plusieurs villes israéliennes Tel Aviv, Haifa, Beer-Sheva, Acre et Tibériade, Jérusalem. Dix sociétés françaises prendront également part à cette initiative co-organisée par la chaine de supermarchés israélienne Shufersal, et l'Ambassade de France en Israël ? via l'Institut Français. L'édition de cette année est aussi parrainée par la (...) - non locales / contrôle social, racisme

Du 7 au 12 février prochain, 28 chefs et maîtres-artisans français réputés participeront à l'événement So French So Food, la 4e semaine de la Gastronomie Française en Israël dans plusieurs villes israéliennes Tel Aviv, Haifa, Beer-Sheva, Acre et Tibériade, Jérusalem. Dix sociétés françaises prendront également part à cette initiative co-organisée par la chaine de supermarchés israélienne Shufersal, et l'Ambassade de France en Israël ? via l'Institut Français. L'édition de cette année est aussi parrainée par la Mairie de Toulouse qui la subventionne à hauteur de 72 000 ?. [1]

Le site web d'informations The Electronic Intifada nous révèle que Shufersal est une société israélienne qui possède plusieurs magasins dans les colonies israéliennes, illégales au regard du droit international, en Cisjordanie et dans le Golan syrien occupés. [2]

La campagne BDS France dénonce et condamne l'implication du gouvernement français et de la mairie de Toulouse dans l'organisation de cet événement, partenaires d'une entreprise qui se rend complice et tire profit des violations par Israël des droits du peuple palestinien.

Le Ministère des Affaires Etrangères, et donc le gouvernement, se rend ainsi lui-même complice des politiques israéliennes d'occupation et de colonisation condamnées par les multiples résolutions auxquelles la France a souscrit, et en totale contradiction avec sa ligne officielle et sa mise en garde initiée en 2014 adressée aux ressortissants et aux entreprises tentées d'investir dans les colonies israéliennes :

« Les transactions financières, les investissements, les achats, les approvisionnements ainsi que d'autres activités économiques dans les colonies ou bénéficiant aux colonies, entraînent des risques juridiques et économiques liés au fait que les colonies israéliennes, selon le droit international, sont construites sur des terres occupées et ne sont pas reconnues comme faisant partie du territoire d'Israël. Ceci est susceptible d'entraîner des litiges liés à la terre, à l'eau, aux ressources minérales et autres ressources naturelles, qui pourraient faire l'objet d'un achat ou d'investissement, comme des risques réputationnels. » [3]

En totale opposition aussi avec le récent rapport de Human Rights Watch qui « recommande aux Etats de s'assurer du respect de la quatrième convention de Genève et qu'ils revoient leurs échanges commerciaux avec les colonies », entre autres. [4]

Par ailleurs, douze anciens ambassadeurs viennent de prendre position pour la suspension de l'accord d'association UE-Israël et la « mise en veilleuse » de la coopération économique et scientifique. [5]

Le gouvernement français et la Mairie de Toulouse prouvent une nouvelle fois leur soutien aveugle à l'apartheid israélien et son régime d'oppression, à l'image de Manuel Valls préférant criminaliser les militants de la campagne BDS France et de Jean Luc Moudenc défenseur de la liberté d'expression sauf quand il s'agit de la Palestine. [­6]

Nous appelons les Chefs et maîtres-artisans français qui ont été invités, à reconnaître qu'ils ont été manipulés pour servir une initiative de normalisation d'une politique contraire aux droits humains, et que leur déontologie professionnelle ne devrait pas promouvoir la gastronomie française à n'importe quelle sauce.

A l'heure où le mouvement BDS enregistre de nombreuses victoires depuis le début de l'année 2016, cette complicité démontre la nécessité absolue de poursuivre et d'intensifier davantage cette campagne citoyenne, en France et partout dans le monde, pour soutenir la lutte du peuple palestinien pour sa liberté, la justice et l'égalité.

La campagne BDS France

????????

[1] So French So Food 2016 http://institutfrancais-israel.com/?

Jumelage Toulouse-Tel Aviv : 1ere participation de Toulouse à So French So Food, la 4e semaine gastronomique de Tel Aviv http://deliberations.toulouse.fr/da?]

[2] French government partners with Israeli settlement profiteer, Ali Abunimah, 4 february 2016 https://electronicintifada.net/blog?

Traduction : Le Gouvernement français partenaire d'un profiteur des colonies israéliennes http://www.bdsfrance.org/le-gouvern?

[3] Infos utiles Israël/Territoires palestiniens http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/co?

[4] Occupation, Inc. How Settlement Businesses Contribute to Israel's Violations of Palestinian Rights, Human Rights Watch, 19 January 2016 https://www.hrw.org/report/2016/01/?

[5] Paris et Bruxelles doivent agir pour sauver l'Etat palestinien http://www.lemonde.fr/idees/article?

[6] Valls envisage des mesures contre les manifestations pro-boycott de produits israéliens, Le Monde, 19 janvier 2016 http://www.lemonde.fr/societe/artic?

Communiqué BDS France du 1er avril 2015 : le maire de Toulouse a osé http://www.bdsfrance.org/le-maire-d?

http://www.bdsfrance.org/so-french-?

JPEG - 150.7 ko
Sun Feb 07, 2016 04:49 (fr)
Notre-Dame-des-Landes ? samedi 27 février - Mobilisation générale Pour l'abandon du projet d'aéroport Pour l'avenir de la ZAD Ni expulsions, ni travaux Face aux menaces du gouvernement, le mouvement anti-aéroport est plus dense et vivant que jamais. En témoignent la mobilisation en urgence de 20 000 personnes et près de 500 tracteurs sur le périphérique nantais le 9 janvier, les actions de blocages et mobilisations paysannes qui ont suivi, le rassemblement devant le tribunal de Nantes et les multiples (...) - non locales / agriculture, alternatives, luttes sociales

Notre-Dame-des-Landes ? samedi 27 février - Mobilisation générale

Pour l'abandon du projet d'aéroport Pour l'avenir de la ZAD Ni expulsions, ni travaux

Face aux menaces du gouvernement, le mouvement anti-aéroport est plus dense et vivant que jamais. En témoignent la mobilisation en urgence de 20 000 personnes et près de 500 tracteurs sur le périphérique nantais le 9 janvier, les actions de blocages et mobilisations paysannes qui ont suivi, le rassemblement devant le tribunal de Nantes et les multiples manifestations dans des dizaines d'autres villes en France et au-delà. La résistance à Notre-Dame-des-Landes est aujourd'hui devenue emblématique de tant d'autres luttes contre les destructions environnementales et sociales, de tant de combats face à la disparition des terres agricoles ou aux causes du changement climatique. Elle marque un refus ferme de la marchandisation continue du territoire et de nos vies.

Ce qui se construit sur la ZAD est porteur d'un immense espoir parce que s'y inventent d'autres manières d'habiter le monde, de cultiver, de créer et de s'organiser en commun. Les 30 et 31 janvier, c'est un millier de personnes qui sont venues participer à plus de 30 chantiers simultanés pour renforcer ce que Vinci voudrait détruire. En ces temps d'état d'urgence en passe de devenir perpétuel et d'atteinte prolongée aux libertés publiques, la détermination qui anime le bocage est un encouragement contagieux à ne pas se résigner.

Mais le 25 janvier, le juge des expropriations a prononcé l'expulsion des paysan-ne-s et habitant-e-s légaux de la ZAD : immédiate pour les exploitations agricoles, sous deux mois pour les habitations. Les quelques 200 nouvelles personnes qui, depuis 2007, se sont installées sur la ZAD pour y vivre et la protéger, sont, elles aussi, susceptibles d'être délogées par la force. La décision de passer à l'acte est aujourd'hui entre les mains du gouvernement. Hollande s'était engagé à attendre la fin des recours juridiques contre le projet d'aéroport. Ceux-ci ne sont pas épuisés : les recours contre les arrêtés loi sur l'Eau et Espèces Protégées sont en appel, une procédure de pré-contentieux est encore pendante devant la Commission Européenne. Pourtant, Valls, de son côté, martèle toujours sa volonté d'expulser la ZAD et de démarrer les chantiers à court terme, confortant les porteurs du projet. De premiers travaux de défrichage sont censés commencer avant la mi-mars.

Si la pression sur l'ensemble de la zone est aujourd'hui plus forte que jamais, il n'est pa question de partir et de laisser la place aux tractopelles de Vinci, ni de vivre continuellement avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Il n'est pas non plus question de diminuer notre propre pression sur les porteurs du projet et le gouvernement. Au contraire, c'est maintenant qu'il faut enfin gagner l'abandon du projet d'aéroport par notre mobilisation !

Dans le bras de fer qui s'est engagé, la puissance du mouvement dans la France entière pendant les semaines à venir va être décisive. Toutes les composantes de la lutte appellent donc à multiplier les actions de solidarité, en préambule d'une journée de mobilisation massive et générale le 27 février. Cette journée aura pour mot d'ordre l'arrêt des menaces d'expulsion sur les paysan-ne-s et habitant-e-s de la ZAD, ainsi que l'abandon définitif du projet d'aéroport. Nous invitons tous les comités et soutiens à relayer très fortement l'appel pour cet événement et à organiser des bus et convois pour s'y rendre.

Nous nous rassemblerons le 27 février en fin de matinée, précisément là où les travaux sont censés commencer, pour y faire la démonstration concrète de notre capacité à les bloquer. Nous convergerons ensuite vers une grande fête pour l'avenir de la ZAD.

Les différentes heures exactes de rendez-vous et points de départ des cortèges seront précisés par la suite.

Celles et ceux qui habitent et cultivent la ZAD ne la quitteront pas !

Il n'y aura jamais d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes !

Indymedia Lille >>

IMC network

Featured Stories from Federated Groups of Indymedia Centres
Featured Stories Selected by local IMCs around the world
© 2001-2016 Independent Media Centre Ireland. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Independent Media Centre Ireland. Disclaimer | Privacy